#LaFAnAttendPas, un format inédit de co-innovation dans la Fibrillation Atriale

25/03/2021

#LaFAnAttendPas est le programme de co-innovation portée par l’Alliance BMS-Pfizer. Pour cette première édition, l’Alliance a décidé de resensibiliser sur l'impact majeur en termes de santé publique et l'impact sur la qualité de vie du patient que peut avoir la fibrillation atriale, et ainsi de relever ce défi via la mise en place d’un « sprint d’innovation collaborative » sur 1 mois. Décryptage de ce format et des principes de co-innovation avec Thomas Appleby, membre du collectif Codesign-it qui accompagne l’Alliance à cette occasion.

Thomas Appleby, bonjour, tout d’abord, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Dans mon travail j’aide des organisations à relever des défis complexes. Pour cela, je facilite des conversations, je construis des ateliers collaboratifs, je coache des équipes, je les sensibilise sur des outils et des méthodes d'innovation collaborative et, plus globalement, j’accompagne la construction, le développement et l’animation de Labs d’innovation. Le tout au sein d’un collectif, Codesign-it, qui regroupe des personnes, comme moi, passionnées par la co-construction et l’intelligence collaborative.

Comment avez-vous conçu le process autour du défi posé par l’Alliance BMS-Pfizer ?

L’enjeu de l'Alliance est de répondre à une question méthodologique : Comment mobiliser un écosystème pluridisciplinaire (médicaux, techniques, IT, startupeurs…) et ouvert (patients, curieux…) pour répondre à la problématique liée aux enjeux de la prise en charge de la FA et de son impact en santé publique.

Pour répondre aux objectifs de l’Alliance, nous avons constitué un événement #LaFAnAttendPas, en trois étapes : une phase d’inspiration, une phase d’identification des enjeux et problématiques spécifiques et une phase de construction de solutions.

Lorsqu’on demande à des personnes de contribuer à un processus de co-construction, on a besoin de commencer par exposer clairement le sujet et de définir un cadre dans lequel elles auront toute liberté de s’exprimer. Nous devons donc dans un premier temps nous assurer que le contexte et les enjeux de la démarche sont partagés et compris par tous, et ensuite entrer dans la matière par de la pédagogie, de l'inspiration et des rencontres. Ainsi on comprend les mécanismes de la prise en charge, on observe qu'il y a différentes étapes, sur lesquelles on peut intervenir. Cela permet d’élever la conscience collective sur les vrais enjeux du sujet.

La première séquence consiste donc à élargir le champ de la connaissance à travers une première phase d'apprentissage, que l’on a appelé les ateliers découvertes. Ils sont au nombre de 3, chacun avec une thématique qui répond à un challenge spécifique, et présentée par un expert dédié. Ces ateliers permettent de mieux comprendre la complexité des problématiques liées aux enjeux de la prise en charge de la FA et de son impact en santé publique.

Volontairement, nous avons conçu des ateliers assez courts, une heure, pas plus. La première partie est destinée à présenter les bases de la fibrillation atriale, sa prise en charge ou des aspects plus sociologiques, comme les rapports entre les patients et leur maladie, avec les experts. La deuxième partie, est collaborative : chaque participant y formule, dessine des enjeux en fonction de sa compréhension, de son expertise… avant de les mettre en commun.

Ces ateliers sont donc construits pour apporter des éléments de connaissance et de réflexion aux participants qu’ils vont pouvoir ensuite utiliser lors des phases finales de ce sprint de co-innovation.

Comment abordez-vous la suite de cet événement ?

Nous avons conçu la phase finale du sprint en deux temps. Un temps d'idéation sur une demi-journée puis un temps de construction de solutions sur la deuxième demi-journée.

Lors du temps d’idéation, nous devons favoriser « l’ouverture » d’esprit de chaque participant. Personne ne doit se sentir limité. Toutes les idées sont bonnes et nous recherchons à ce stade plutôt une production quantitative que qualitative. Pas de jugement, pas d'autocensure, pas de débat d’opinions. L'idée c'est : Tournez autour de l'objet, observez et proposez. Maintenant que vous voyez une autre face, qu’en pensez-vous ?

Lors de la deuxième demi-journée, un certain nombre d'idées nées la veille seront sélectionnées. C’est à partir de ces idées que vont être développées une ou des solutions. D’ailleurs, une idée peut être à l’origine de plusieurs solutions et, inversement, une solution peut provenir de plusieurs idées.

À l’issue de cette étape, le jury sélectionnera 1, 2, 3, ou 5 solutions. Là aussi, pas d’idée préconçue. Cependant, cette sélection reposera sur des critères précis que les participants connaîtront, et qui auront été au préalable prédéfinis par les membres du Comité Scientifique.

L’une des innovations de ce format est d’avoir placé le Comité Scientifique en position d’acteurs dans le projet. Eux aussi seront amenés à définir les critères de sélection des projets lors d’un atelier dédié. Cette décision d’impliquer ce comité est garante du niveau des solutions sélectionnées. Non seulement les évaluations reposeront sur des critères identiques mais les projets bénéficieront également d’une expertise particulière.

En définitive, qu’attendez-vous de ce sprint de co-innovation ?

La véritable réussite c’est de parvenir à ce qui a été défini collectivement. Codesign-it et les différents membres qui, comme moi, vont intervenir, sommes partenaires. Et à la question : comment travailler ensemble pour répondre aux enjeux de la prise en charge de la FA et de son impact en santé publique, nous savons répondre en créant avant tout les conditions d'une collaboration adaptée. C’est ce qu’a parfaitement compris l’Alliance BMS-Pfizer. La co-innovation est un processus d’intelligence collective globale. Elle ne repose pas simplement sur le fait de faire appel à différentes expertises mais d’abord à être alignés sur le cadre, à co-construire le format et les critères d’évaluation en commun.

Date de dernière mise à jour : 25/03/2021

< retour aux articles